Imported Layers Icon Icon Logo Logo Logo Logo Group 2 Group Group Group calculator Circles Shape Group Page 1 Faacebook 001-notepad Group Page 1 Group Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Icon Group 3 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Group 54 Page 1 Group 52 Page 1 Icon Group Icon Icon Icon padlock Icon contact-book Icon Twitter warning

air france : la direction a choisi la grève

A 7 jours d'une grève historique, l'Intersyndicale SNPNC-UNSA PNC sort d'une réunion avec  la Direction qui  souhaitait connaître nos revendications? (cela fait juste 3 mois que nous les lui communiquons  à longueur de réunions).

 

Pour faire Bref : le point de blocage numéro 1 est la durée de l'Accord, la Direction refuse, quel que soit le cas de figure, d'aller au-delà  de 17 mois.

 

Pour rappel,   c'est  la reconduction de  notre Accord  qui est sur la table, accord qui comprend des mesures Transform  et qui a été signé en  2013 alors que les comptes de  l'Entreprise étaient plus que dans le rouge ! La Direction avait  pourtant, à cette époque,  accepté  de s'engager sur un accord de 3 ans et demi. Une question légitime se pose donc : pourquoi, alors qu'aujourd'hui l'Entreprise est  nettement dans le vert et que les résultats continuent de s'améliorer, la Direction  ne propose-t-elle qu'un Accord de 17 mois ???

 

L'argument de l'Entreprise est de dire qu'il est impossible de s'engager au-delà de 17 mois car personne ne peut prévoir la conjoncture?

Admettons? mais pour être certains que cet argument est avéré, nous avons même fait une proposition de signer notre Accord  à durée indéterminé comme pour le PS et les PNT. Nous avons argumenté, en disant qu'un Accord à durée indéterminée peut être dénoncé (l'accord continue de s'appliquer  15 mois après la dénonciation) par n'importe quelle partie et que  cela permet donc  une adaptation optimale à la conjoncture tant redoutée par l'Entreprise. Et là, refus catégorique sans justifications.

 

Le prétexte de ne pouvoir s'engager au-delà de 17 mois serait-il donc fallacieux ?? Tout laisse à penser que la Direction a des projets bien plus ambitieux pour les PNC dans un an et demi? Et il est fort à parier que ce soit notre niveau de rémunération qui soit dans le viseur !

 

Le constat est simple, à 7 jours de la grève, il est clair  que l'Entreprise n'a aucune envie d'arriver à un accord et que son objectif est bien de nous tondre dans 17 mois,  au plus tard?

 

Deuxième point de blocage : la Compo PEQ sur A319 ! La Direction campe sur ses positions et ne revient pas sur sa décision de réduire le nombre de PNC à 3 sur la très grande majorité des vols longs et extra longs  (Iso 4 aujourd'hui).

 

Sur LC,  l'Entreprise reste également  « incapable »  de nous dire quelles lignes  et surtout combien de  lignes  seraient susceptibles de passer d'un produit J à un produit C?  La menace sur les compo PEQ, que l'Entreprise réfute,  est donc  bien réelle et est déjà même dans les cartons. (Et  cela est d'autant  plus inquiétant quand on voit le projet de supprimer  un CC sur LC  que KLM cherche à mettre en place http://airinfo.org/2016/07/20/klm-ne-veut-plus-quun-seul-chef-de-cabine-sur-long-courrier/).

 

Encore une fois, nous avons tenté  une ouverture sur ce point en donnant la possibilité de faire un échange de produit (C à la place de J) sur certaines lignes,  mais conditionnée notamment  à une croissance liée à  l'arrivée d'avions  au sein de la flotte pour garantir  le développement de l'Entreprise et surtout les emplois PNC (pour l'arrivée de 2 avions LC gros porteur, possibilité de basculer une ligne en C au lieu de J).  L'Entreprise a totalement écarté cette piste.

 

Troisième point de blocage : la Direction ne veut pas entendre parler d'une option transport pour les PNC provinciaux et considère que l'aumône de 2 ou 3 euros sur les GP annoncée compense amplement les augmentations exorbitantes   des tarifs GP ces dernières années?

 

Devant le refus total d'évoluer sur ces points incontournables, la réunion a tourné court  car nous avons compris que la Direction  n'a aucune volonté  réelle de sortir de ce conflit malgré nos propositions d'ouvertures.

 

Il est donc  plus que nécessaire que tous les PNC se mobilisent pour mettre en garde une Direction qui semble déjà avoir un plan  bien arrêté pour réduire nos salaires et durcir nos conditions de travail.  Les PNC  n'ont pas à être  traités comme la seule variable d'ajustement.

 

Outre le rejet de toutes nos demandes, nous déplorons le climat de ces « négociations » empreintes uniquement de cynisme et de mépris.

 

 

PNC, DERNIERE LIGNE DROITE POUR VOUS DECLARER EN GREVE

Du 27 juillet 2016 00h01 au 2 août  2016 23h59.

À lire aussi