Imported Layers Icon Icon Logo Logo Logo Logo Group 2 Group Group Group calculator Circles Shape Group Page 1 Faacebook 001-notepad Group Page 1 Group Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Icon Group 3 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Group 54 Page 1 Group 52 Page 1 Icon Group Icon Icon Icon padlock Icon contact-book Icon Twitter warning

communiqué de presse : nouveau président air france klm? c'est la faute à voltaire !

La nomination de J.M. JANAILLAC à la tête du groupe AF-KLM n'est qu'une demi-surprise car il est loin d'être un inconnu de l'actuel Président de la République. Tous deux sont issus de la trop fameuse promotion VOLTAIRE de  l'ENA. Depuis l'élection de François HOLLANDE, il est maintenant coutumier que ses anciens compagnons d'études soient nommés à des postes clés. Les Présidents changent, les pratiques perdurent ...Nous n'avons pas oublié le lien étroit du Président DE JUNIAC avec l'ancienne Ministre de l'Économie Christine LAGARDE et son parachutage à la tête d'AF peu de temps avant la fin du mandat de l'ex-président SARKOZY. Au-delà des déclarations habituelles qui caractérisent ce type de nominations, l'UNSA Aérien Air France tient à indiquer clairement que si l'État considère être en droit de choisir le Président du Groupe AF-KLM, il a alors pour devoir de garantir à AIR FRANCE un environnement concurrentiel équitable et non faussé. Inutile de rappeler que ce n'est bien évidemment pas le cas ! Aujourd'hui, l'engagement de la tutelle est totalement défaillant alors que  différents rapports émanant de l'Assemblée Nationale et du Sénat ont indiqué clairement les orientations et décisions à prendre.  Nous attendons donc de notre futur Président du Groupe une position sans équivoque sur ce sujet. Et dernier v?u, car nous n'osons plus parler d'espoir, nous souhaitons que cette nomination s'accompagne de décisions concrètes, en accord avec l'ÉTAT, qui permettent à Air France de se développer à armes plus égales face à une concurrence largement favorisée. La mise en ?uvre des mesures proposées dans le rapport LE ROUX, qui semble être passé aux oubliettes, en serait une preuve concrète.

À lire aussi