Imported Layers Icon Icon Logo Logo Logo Logo Group 2 Group Group Group calculator Circles Shape Group Page 1 Faacebook 001-notepad Group Page 1 Group Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Icon Group 3 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Group 54 Page 1 Group 52 Page 1 Icon Group Icon Icon Icon padlock Icon contact-book Icon Twitter warning

Gillets Joon, Colère noire

Après un an de bons et loyaux services, le PNC JOON est à l’image de ses baskets : usé et maltraité.

Malgré nos nombreuses relances auprès de la Direction, cette dernière ne semble toujours pas décidée à prendre ses responsabilités et palier les nombreux dysfonctionnements constatés :

Salaires promis non atteints, hébergement en escale incompatible avec le repos règlementaire, vols dégradés qui décollent avec 5 PNC pour 250 passagers, la liste est longue…

Les plannings sont continuellement publiés en retard, instables et inéquitables : nos vies personnelles n’existent plus, les clauses-fatigue et absences battent tous les records.

Notre fonction sécurité à bord se retrouve impactée, cela ne peut plus durer.

Nous demandons à la direction de JOON de répondre sans délai aux requêtes légitimes des PNC JOON :

                                   -Versement des primes promises à l'embauche

                                   -Arrêt des convocations suite aux arrêts maladie justifiés

                                   -Droit à la déconnexion du PNC

                                   -Hébergements permettant un repos réglementaire

                                   -Embauche d‘agents de planning

                                   -Respect du Code de l'Aviation Civile

                                   -Équité dans l’attribution des rotations

                                   -Augmentation des salaires

                                   -Versement des IR systématiques

 

Les PNC JOON ne sont pas des sous-PNC.

Ils revendiquent haut et fort des conditions d'utilisation et de rémunération équivalentes à celles de leurs collègues du Groupe Air France.

À lire aussi