Imported Layers Icon Icon Logo Logo Logo Logo Group 2 Group Group Group calculator Circles Shape Group Page 1 Faacebook 001-notepad Group Page 1 Group Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Icon Group 3 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Group 54 Page 1 Group 52 Page 1 Icon Group Icon Icon Icon padlock Icon contact-book Icon Twitter warning

le syndrome aerotoxique : tous concernés

Qu'est-ce que c'est ?

Le syndrome aérotoxique est le nom donné à l'ensemble des symptômes qui se manifestent à la suite  d'inhalations consécutives de l'air contaminé qui pressurise la cabine d'un avion.

La contamination de l'air cabine a des conséquences néfastes et irréversibles sur la santé,  les personnels navigants diagnostiqués souffrent des maladies invalidantes suivantes :

c symptômes neurotoxiques  (spasmes et tremblements, vertiges, convulsions etc),

c symptômes neuropsychologiques ou psychotoxiques (troubles de la mémoire, maux de tête, difficulté de concentration, dépression,  etc.).

 

La LowCost EasyJet vient de décider d'installer des nouveaux filtres, dans tous ses avions, pour protéger ses clients et ses PN du syndrome aérotoxique.

Comment se produit la contamination ?

Pour pouvoir respirer convenablement en vol, et donc en altitude, il faut que l'air circulant dans la cabine soit chauffé et comprimé. Cet air est fourni par les réacteurs, il est comprimé par des pièces mobiles lubrifiées à haute température.

Comme toute pièce mécanique, les joints destinés à maintenir l'huile séparée du circuit d'air s'usent, laissant ainsi passer une quantité d'huile importante dans le système de pressurisation?

Le problème est que les lubrifiants utilisés sont composés de plusieurs ingrédients toxiques, dont le phosphate de tricrésyle (PTC) qui est utilisé comme agent anti-usure.

Cet organophosphoré, connu pour ses propriétés neurotoxiques, est utilisé dans certaines armes de guerre chimique dont l'usage est interdit par les traités internationaux. 

Comment savoir si l'air est contaminé ?

Si une grande quantité d'huile se mélange avec l'air comprimé très chaud, une odeur typique de « chaussettes sales », de « chien mouillé », « vomi » ou une « odeur douce et graisseuse » sera perceptible par l'équipage et les passagers. Dans les cas les plus sévères, une fumée sera visible. Les contaminations faibles ne sont généralement pas détectables par l'odorat. 

Comment se protéger ?

En vol, dans tous les cas de dégagement de fumée impérativement  se protéger en s'équipant d'une cagoule et évidemment renseigner l'ACL.

A l'arrive à CDG nous encourageons les équipages à se rendre au service médical d'Air France afin d'avoir un premier diagnostic et signaler l'incident.

Ces risques d'exposition toxique sont étudiés depuis des décennies, mais le sujet est délicat car en absence de détecteurs, de rapports et d'enquêtes systématiques sur les incidents qui surviennent au cours des vols, il est compliqué de faire reconnaitre OFFICIELLEMENT le syndrome aérotoxique et par conséquent rares sont les publications scientifiques et gouvernementales.

Il est maintenant temps que les constructeurs aériens Boeing et Airbus ainsi qu'Air France reconnaissent que l'air présent en cabine peut présenter des dangers tant pour les  équipages que pour les voyageurs.

C'est la raison pour laquelle l'UNSA PNC a décidé d'adresser une lettre à la Direction d'Air France pour qu'elle prenne toutes les mesures nécessaires faces à ces incidents air cabine qui ont été répertoriés par le CHSCT depuis décembre 2016. (lettre en pièce jointe)

 

À lire aussi