Imported Layers Icon Icon Logo Logo Logo Logo Group 2 Group Group Group calculator Circles Shape Group Page 1 Faacebook 001-notepad Group Page 1 Group Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Icon Group 3 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Group 54 Page 1 Group 52 Page 1 Icon Group Icon Icon Icon padlock Icon contact-book Icon Twitter warning

nao 2016 : de la mie pour les riches, des miettes pour les pauvres..

Chaque année se tient la Négociation Annuelle Obligatoire (NAO) sensée revaloriser les éléments de rémunération propre à chaque agent Air France (PS et PN). Traditionnellement ces négociations se déroulaient après la publication des résultats d'exploitation ce qui permettait à la direction de n'accorder aucune augmentation générale au vu des résultats des années précédentes... Étrangement, cette année, alors qu'il est annoncé partout dans la presse des bénéfices record pour l'exercice 2015, la réunion NAO a été programmée le 27 et 29 janvier 2016, c'est-à-dire trois semaines avant la publication des comptes de l'Entreprise (18 février 2016). Lors de ce simulacre de négociations, la direction est restée sourde à toutes nos demandes : premièrement de repousser ces négociations après la publication des résultats et deuxièmement de mettre en place  plus de deux réunions afin de faire valoir nos revendications : Augmentation générale des salaires Rattrapage salarial de l'inflation depuis Transform 2015 Revalorisation et intégration au salaire d'une  PUA de 1600 euros Versement d'une prime exceptionnelle de 1000 euros Revalorisation des indemnités kilométriques Avec le parachutage d'un nouveau DGRH chantre de la reprise du « dialogue social », l'abandon du Plan B et le retour à la bonne fortune promis lors du plan Transform, nous pouvions espérer une redistribution juste et équitable à la mesure des efforts que nous avons fournis. Nous sommes sans doute encore trop pétris d'idéaux... Aux termes  de ces  « négociations » dignes de la Comedia del Arte (la prime de 200 euros brut au 1er jour montait de 30 euros toutes les deux heures?) dans lesquelles aucune de nos revendications n'a été entendue, la direction a fini par nous  faire l'aumône d'une prime de 300 euros brut. Le montant de la PUA (Prime Uniforme Annuelle) reste quant à elle  inchangée et aucune augmentation générale n'est accordée. Or, ces mesures sont une véritable escroquerie car seules les augmentations générales ont un effet pérenne sur une carrière et par conséquent sur les pensions des retraites. Une prime ça fait briller l'?il, mais  ne produit plus aucun effet après. Comble de l'ironie, afin d'apaiser encore un peu plus le climat social (sic), la direction trouve de bon ton d'accorder aux cadres une prime d'un montant supérieur (400 euros brut). Cela s'appelle la prime au mérite ! Autre bizarrerie,  aucune information n'a filtré sur le montant de la prime accordée aux Dirigeants Hors Cadres?. Si  ces mesures perverses sortent tout droit des brillants cerveaux de notre Direction,  remercions néanmoins leurs accoucheurs :  la CFDT et  CFE-CGC/UNAC. Comme à leur habitude, ces 2 syndicats partenaires  se sont empressés de signer cet Accord et de valider  des mesures dérisoires et  éphémères pour  les petits salariés d'AF, qui sont  en réalité bien  plus avantageuses pour nos hauts cadres et dirigeants. A l'occasion de cet Accord,  la part variable de leur salaire, gelée   pendant Transform, vient d'être miraculeusement  débloquée... En terme plus triviaux, ne pourrait-on pas se demander si c'est  cela  servir la soupe aux patrons??? Par cet Accord, et c'est sans surprise, ces deux syndicats valident de fait une différence de traitement catégoriel. A leur décharge, ces 2 syndicats ont été plébiscités aux dernières élections professionnelles au sol, ce qui signifie peut-être que cette politique favorisant les privilégiés est une attente du plus grand nombre? On comprend dès lors que la Direction se félicite dès le 5 février dans un flash Actu de cette signature d'un Accord au rabais, alors même que la date d'ouverture à signature n'est pas close... Par ce tour de passe, la Direction réussit même à endormir un certain nombre de salariés en donnant d'elle-même une image soit disant généreuse avec  cette prime ponctuelle donnée en temps réel (fin février),  alors qu'elle « oublie » d'écrire dans son Flash Actu que l'augmentation générale est de 0% depuis 5 ans !! C'est un peu l'histoire de la grenouille : « une grenouille jetée dans une bassine d'eau bouillante s'en extrait d'un bond : la même, placée dans un bain d'eau froide sous lequel le feu couve, se laisse cuire insensiblement. Direction, UNAC-CFE/CGC et CFDT endorment les salariés pourtant très remontés il y a peu encore, pour mieux les écraser bientôt.   Les électeurs de l'UNAC doivent savoir qu'ils apportent leur contribution à la validation d'un tel Accord car sans les voix de l'UNAC, affilié à la CFE/CGC, cet accord n'aurait  pu être valide (il n'aurait pas recueilli les 30% nécessaires). Les voix des HST, CC et CCP de l'UNAC permettent donc à la CGC-CFE (Confédération Française de l'Encadrement - Confédération Générale des Cadres) de ratifier qu'il n'y aura aucune augmentation générale et d'entériner une  discrimination entre  cadres et non-cadres. L'équité ne semble pas de mise à l'UNAC-CFE/CGC, l'ensemble des salariés  non cadres apprécieront la considération que l'on fait de leurs efforts?

À lire aussi