Imported Layers Icon Icon Logo Logo Logo Logo Group 2 Group Group Group calculator Circles Shape Group Page 1 Faacebook 001-notepad Group Page 1 Group Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Icon Group 3 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Group 54 Page 1 Group 52 Page 1 Icon Group Icon Icon Icon padlock Icon contact-book Icon Twitter warning

nego acg pnc 2016 acte iii : la direction veut surtout passer l'été

La troisième réunion de négociation de notre Accord collectif a eu lieu hier jeudi 12 mai. Etaient présents pour la Direction Mmes DUPIRE et VIVREUX, MM. DAHER, SEDENT, THIBAUDON, BARGETON et BREDA, chacune des trois Organisations syndicales représentatives étant composée d'une délégation de six Délégués syndicaux. On notera que Madame RIGAIL, Directrice du PNC, (depuis deux réunions) et surtout Monsieur GATEAU, Directeur Général Adjoint en charge RH et Politique sociale (depuis 1 réunion  ½) ne font plus partie de la Délégation de la Direction? Cela mesure-t-il l'importance que la Direction attache à ces négociations ? Cette réunion devait être un véritable tournant, puisqu'elle marquait la fin de la période informelle, d'échanges », pour enfin entrer dans le vif du sujet et mener une véritable négociation. C'est du moins ce qui était annoncé.Mais la réalité est toute autre. La Direction joue la montre pour passer la période de pointe d'activité cet été et surtout d'arriver à bon port au 31 octobre, quitte à ne pas avoir de texte signé.  Pour y parvenir, tous les moyens sont bons : après les échanges informels, où l'on tire des plans sur la comète et où il ne fait pas bon être une mouche, nos interlocuteurs nous balancent des horreurs sur nos salaires, nos horaires, nos repos. Pendant qu'on commente et qu'on s'énerve, c'est toujours du temps de gagné. Nos interlocuteurs se veulent rassurants en nous affirmant que le calendrier fixé jusqu'à fin juin peut se prolonger en juillet et août. Ben voyons ! Il est bien connu de tous les négociateurs que cette période a toujours donné lieu à une négociation intense, avec des réunions régulières et fréquentes. Maintenant, c'est vrai que nous pouvons faire en sorte que la Direction ait prochainement comme activité principale de négocier, et comme activité secondaire de gréer les vols...Excédée par cette perte de temps, l'Intersyndicale a entamé la négociation par le chapitre Rémunération. Et là, chers collègues, on vous le donne en mille : la Direction n'est pas prête. Celle-là même qui veut diminuer notre coût  de l'heure de vol, qui compare sans cesse (pour les stigmatiser) nos salaires avec ceux de nos homologues de BA ou de Lufthansa, n'est pas prête. Ne soyons pas dupes : au-delà de notre temps de travail et de nos repos, c'est notre système de rémunération qu'AF veut liquider, diminution du coût à l'heure de vol, révision des échelons et des classes.L'Entreprise souhaite attaquer notre rémunération, mais elle refuse d'afficher un objectif chiffré (ni pourcentage, ni valeur absolue). Nous sommes donc bien face à une position dogmatique qui consiste à réduire la rémunération des PNC. Cela ne peut plus continuer comme cela, et cela ne va pas continuer comme cela. D'ailleurs, on va faire gagner du temps à la Direction. Notre base de discussion, c'est la reconduction de notre ACG 2013/2016, avec les améliorations nécessaires.Sur cette base, l'Intersyndicale demande une négociation courte et efficace, avec comme réel objectif la finalisation d'un accord au mois de juin 2016 pour une application au 1er novembre 2016.L'Entreprise craint un conflit majeur cet été. Nous partageons son analyse !

À lire aussi