Imported Layers Icon Icon Logo Logo Logo Logo Group 2 Group Group Group calculator Circles Shape Group Page 1 Faacebook 001-notepad Group Page 1 Group Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Icon Group 3 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Group 54 Page 1 Group 52 Page 1 Icon Group Icon Icon Icon padlock Icon contact-book Icon Twitter warning

Négo Passerelles

En ces temps troublés par la situation sanitaire et économique, la Direction nous a convoqués pour une réunion de négociation sur des passerelles PNC HOP/ Transavia vers AF. Si le retour de l’activité JOON chez AF nous paraissait favoriser cette possibilité en son temps, nous nous interrogeons sur la pertinence de tenir une telle réunion aujourd’hui, alors même que la dernière réunion urgente sur l’APLD (Activité partielle de Longue Durée) a été annulée.

Nous y avons néanmoins assisté et nous avons pu nous apercevoir que le texte proposé n’avait pour unique but que de transposer les statuts des Chefs de Cabines de ces compagnies en 4ème classe au lieu de la classe adaptation. A l’origine, notre but était d’avoir une vision un peu plus complète et construite qu’une simple maigre reconnaissance d’une partie des PNC en mobilité.

Mais le plus incohérent, c’est que nous avons découvert dans ce texte qu’« Au vu de ses besoins en effectifs Personnel Navigant Commercial, Air France communique à ses filiales HOP! et Transavia France le nombre de PNC susceptible d’intégrer Air France ainsi que le calendrier et les modalités spécifiques de sélection. »sic..

Alors que nous sommes en train de faire partir 1200 PNC en RCC, qu’un retour d’une activité à 100% est repoussé aux Calendes Grecques (IATA ne prévoit pas un retour avant 2027 des taux atteint en 2019), et que la Direction nous serine qu’il faut revoir nos conditions de travail pour être compétitifs, générant ainsi un sureffectif supplémentaire…on découvre une telle phrase dans ce projet d’accord ! On croit rêver, c’est un peu comme si le croque-mort nous tendait la pelle pour creuser notre propre trou.

Certes, la Direction souhaite trouver une solution de reclassement pour les PNC de HOP qui vont voir leur activité réduite à néant dans les mois qui viennent, le sujet est crucial, mais il s’agit à la base de la stratégie que l’Entreprise a choisie, avec l’aval des Pilotes cet été, pour le développement de Transavia. Et maintenant qu’ils ont pris leurs orientations stratégiques, sans nous mettre au préalable dans la boucle pour savoir comment régler le problème des PNC HOP, ça serait à nous d’accepter une solution bancale et incomplète pour aider la Direction à se sentir plus confortable vis-à-vis des emplois HOP… sans compter qu’en signant cet accord, cela nous mettrait en porte à faux vis-à-vis de nos collègues PNC HOP qui verraient leur ancienneté dans le groupe anéantie, nous rendant du coup complices de cette injustice. Non merci, sans façon…

Depuis des années, l’UNSA demande une vraie politique de gestion des PNC au niveau du Groupe, et cela reste notre demande, mais aujourd’hui la Direction tente d’apposer une rustine sur un trou béant.

Notre analyse : le PDV PNC chez Hop est en cours de négociation, et que ce projet d’accord de passerelle a pour unique but d’intégrer les modalités de reclassement au sein de l’accord PDV HOP et de répondre ainsi au minimum légal et à la pression du gouvernement.

Mais les surprises ne s’arrêtent malheureusement pas là : nous avons appris par des collègues PNC de Transavia, qu’ils avaient négocié et obtenu, via leur accord NAO, une mobilité d’un petit volume de PNC les plus anciens vers AF, avec un engagement de la Direction de les intégrer avant Avril 2021. Or, la semaine dernière en réunion, notre Direction PNC nous a soutenu mordicus qu’il n’y avait jamais eu de sélection chez TO pour venir à AF. Encore une belle preuve d’honnêteté et de loyauté dans la négociation. Avec cette histoire de NAO à Transavia, nous comprenons mieux le retour au premier plan de cette négociation. Nous comprenons aussi, qu’avec 13 ans d’ancienneté de TO, les coûts des premiers PNC posent problème en terme de rentabilité, problème cependant tout relatif, vu que les pilotes ont un contrat unique.

En l’état, ce projet d’accord est totalement creux mais surtout ne nous donne aucune visibilité ou de garanties sur la gestion des effectifs PNC AF : il ne comporte ni les volumes, ni un calendrier d’intégration de nos collègues et encore moins une garantie de préservation des emplois PNC chez AF.

Dans ce contexte où la Direction fait des annonces sur son désir de revoir des pans entiers de notre ACG pour dégager plus de compétitivité, cela nous semble totalement incohérent avec l’accueil d’effectifs supplémentaires, même si c’est évidemment toujours l’espoir de l’UNSA…

Soit la Direction a des prévisions de reprises cachées beaucoup plus optimistes, soit c’est une mauvaise farce… Dans tous les cas, nous attendons de la transparence, de la cohérence, de l’honnêteté et de la loyauté.

L’UNSA PNC pense malheureusement que l’heure est davantage à la négociation d’un accord sur l’APLD pour alléger les finances de l’Entreprise pendant cette crise et nous souhaitons une attitude plus responsable de la part de la Direction du PNC.

À lire aussi