Imported Layers Icon Icon Logo Logo Logo Logo Group 2 Group Group Group calculator Circles Shape Group Page 1 Faacebook 001-notepad Group Page 1 Group Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Icon Group 3 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Group 54 Page 1 Group 52 Page 1 Icon Group Icon Icon Icon padlock Icon contact-book Icon Twitter warning

nombre de pnc compétents a bord : air france en dessous de la loi européenne !!

Les IR-OPS, votées par le parlement Européen et entrées en vigueur, ont modifié les obligations en matière de composition équipage PNC réglementaires à bord des avions. A la lecture des textes, Air France est en infraction avec ceux-ci concernant les compositions équipages sur A330/A340/B777-200 et certaines versions du B777-300.

 L'article ORO.CC. 100 Nombre de membres et composition de l'équipage de cabine impose une composition d'équipage réglementaire conforme à celle définie par les certifications des avions. En résumé et pour faire simple, il faut désormais autant de PNC compétents à bord que de nombre de porte sur les avions double couloirs.

Au regard de cet article, voici un tableau récapitulatif des compositions d'équipage réglementaires telles qu'elles doivent être et telles qu'AF continue d'utiliser.

A ce jour, malgré les nombreuses alertes des représentants Pilotes et PNC, AF continue de contester l'application de cet article. Selon elle, la Loi ne s'applique pas. Ah bon ? L'EASA aurait-elle autorisé officiellement la Compagnie à déroger à la règle ?

Pour toute preuve, la Direction avance un soit disant mail reçu de l'EASA, mais malheureusement classé « confidentiel - ne pas diffuser », que seules quelques personnes autorisées auraient été amenées à  consulter. Un mail mystère dont les noms de l'expéditeur et des destinataires restent inconnus et comporterait « LA réponse » à une question dont on ignore la teneur. Notons, au passage, que  même nos collègues anglophones n'ont pas compris cette réponse en anglais qui dit tout et son contraire!

Depuis, rien? Aucune explication recevable, aucune précision officielle émanant des autorités (DSAC et EASA) permettant de dire si oui ou non, une bonne fois pour toute, la Loi s'applique. La Direction pousse même le bouchon en demandant à vos représentants du personnel de prouver que cet IR-OPS s'applique ! Quel toupet !!!!

Et pourtant, finalement, que dit cet article de l'IR-OPS (ORO.CC.100) ? Il parle juste de sécurité en imposant un PNC compétent par porte. Est-ce à ce point inacceptable qu'AF cherche par tous les moyens à ne pas l'appliquer ? Que peut justifier un tel refus ? Pourquoi refuser de spécialiser tous les PNC (une demi-journée de stage sur un TDS), de façon à ce qu'in fine, tous les vols partent avec au moins un PNC compétent par porte ? Est-ce un problème à ce point compliqué, alors qu'il va pourtant dans le sens de la sécurité des vols, surtout pendant les gardes ?

A longueur de stages, à longueur de Mémos, à longueur de publications, la Direction nous serine, tel un mantra, que « la sécurité est une priorité » ! Sur le site AF Corporate, on peut lire : « la sécurité est une priorité et AF satisfait ainsi pleinement à des normes extrêmement strictes et aux standards les plus élevés du transport aérien » ; elle ajoute même : « bien au-delà des normes définies aux niveaux international, européen et français, Air France place la sécurité des vols au c?ur de sa culture d'entreprise? ».

Comment peut-on tenir de tels discours et refuser dans un même temps l'application d'un texte de loi qui prévoit finalement une composition équipage réglementaire d'un PNC par porte ?

Qui peut affirmer sans rougir que la sécurité, pourtant « au c?ur de la culture d'entreprise », est bien meilleure avec 5 PNC compétents sur un 330 plutôt qu'avec 8, comme le prévoit la certification de l'avion ? Et à 2 au lieu de 4 pendant les gardes ? Qui oserait ?

Face à une telle mauvaise foi, nous avons donc saisi l'EASA sur cette question du nombre de membres d'équipage réglementaires et de son application à Air France. Nous sommes toujours en attente de sa réponse?

A l'heure où il est essentiel de rétablir un début de confiance, nous regrettons que la Direction reste campée sur ses positions. Nous aurions apprécié que la Direction s'applique à elle-même  l'exigence qu'elle impose aux PNC, de toujours lever le doute en matière de sécurité et de sûreté.  

VOUS AVEZ DIT « TRUST TOGETHER » MAIS TRUSTER QUI ?

À lire aussi