Imported Layers Icon Icon Logo Logo Logo Logo Group 2 Group Group Group calculator Circles Shape Group Page 1 Faacebook 001-notepad Group Page 1 Group Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Icon Group 3 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Group 54 Page 1 Group 52 Page 1 Icon Group Icon Icon Icon padlock Icon contact-book Icon Twitter warning

par son silence, la direction maintient la grève

COMMUNIQUE DE PRESSEPAR SON SILENCE, LA DIRECTION MAINTIENT LE CONFLITROISSY, LE 29 JUILLET 2016,Au troisième jour de grève des hôtesses et stewards (PNC) d'Air France, l'Intersyndicale PNC, composée des Organisations syndicales SNPNC/FO et UNSA-PNC relève une participation massive, puisque ce sont plus de 70% des PNC programmés qui ont suivi le préavis de grève déposé le 3 juin dernier pour la période du 27 juillet 2016 au 2 août 2016. Concrètement pour les seules journées du 28 et 29 juillet, ce sont plus de 700 vols sur l'ensemble du réseau qui ont été annulés ou limités (en nombre de membres d'équipage à bord et donc de passagers admissibles). L'Intersyndicale PNC SNPNC/FO et UNSA PNC déplore que, contrairement à ce qui se passe dans une Entreprise confrontée à un mouvement social, la Direction n'ait pas invité les Organisations syndicales à négocier pour sortir du conflit. L'Intersyndicale rappelle qu'elle demeure à la disposition de la Direction pour toute négociation et déplore que celle-ci préfère consacrer les bénéfices obtenus grâce à son Personnel au coût d'un conflit collectif plutôt que d'en faire profiter celui-ci.L'Intersyndicale PNC  SNPNC/FO et UNSA PNC rappelle, une fois de plus, que ses demandes sont loin d'être déraisonnables, puisqu'elles portent sur une durée d'accord qui sécuriseraient  les conditions d'emploi et de rémunération des PNC, avec des adaptations dont le coût pour l'Entreprise est très inférieur à celui de cette grève.Par son  refus de négocier, la Direction d'Air France confirme une fois de plus que  ses salariés restent sa seule variable d'ajustement. Ses choix purement idéologiques démontrent  qu'elle n'a aucun scrupule à hypothéquer le niveau de sécurité et de sûreté à bord en exigeant de nouvelles baisses de nos compositions d'équipages. Notre métier de  PNC a pourtant déjà été lourdement impacté par les coupes d'effectifs à bord des avions qui ont eu lieu ces dernières années et  qui fragilisent fortement les valeurs ajoutées de notre Compagnie : la sécurité et la relation aux clients.L'Intersyndicale PNC regrette cet immobilisme qui entraîne la poursuite d'un conflit dont la Direction d'Air France devra assumer la responsabilité. En conservant cette posture, la Direction nous pousserait inévitablement à déposer un nouveau préavis.Les Bureaux

À lire aussi