Imported Layers Icon Icon Icon Logo Logo Logo Logo Group 2 Group Group Group calculator Circles Shape Group Page 1 Faacebook 001-notepad Group Page 1 Group Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Icon Group 3 Informations bancaires Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Page 1 Group 54 Page 1 Group 52 Page 1 Icon Group Icon Icon Icon padlock Icon contact-book Icon Twitter warning

Prêts à en avoir plein le f… cet été ? 

Alors que la communication de l’entreprise croit nous balancer des paillettes plein les yeux en vantant son nouveau produit haut de gamme, le PNC sur le terrain vit une toute autre réalité.

A grands renforts d’allocutions positives, on nous rebat les oreilles de « c’est un beau retour », « avec ça, on est au rendez-vous », « c’est quelque chose qui nous ressemble »  

Mais que vivent nos clients et les PNC dévoués dans nos avions ??

“L’enfer en l’air ! »

En effet, pendant que l'expérience client emprunte aux palaces ses codes et son vocabulaire pour vendre du rêve, les PNC de leur côté rament pour "faire du ciel le plus bel endroit de la terre".

Non contents de nous faire travailler sur un galley J A350 plus proche de la niche à Zouzou-pet que d'un espace de travail digne de ce nom, l'expérience client affuble désormais les hôtesses et stewards Première du titre ronflant d'Hôte de Maison.

« Bienvenue je suis Dobby votre elfe de maison »

En W, le PNC devient  agent immobilier. Et tel un Stéphane Plaza en herbe, il indique l’emplacement des toilettes lors de sa prise de contact. Ceci répété 48 fois, puisque le B777-300 passe de 42J/24W/315Y à 48J/48W/273Y.

Puis il se transforme en Shiva, en jonglant et triant les cassolettes entre deux galleys, en vérifiant qu’il y a bien le bon nombre de poulet au jus corsé. D’ailleurs, on cherche encore quelle valeur ajoutée présente le jus corsé plutôt que la sauce poulette ? Pour autant, aucune distinction visuelle ni même plus-value pour le client W, qui aura auparavant apprécié son sachet apéritif (pour faire croire à un Business low plutôt qu’à un Eco plus).

Ça ne sent pas bon

En parallèle de tout cela, les tolérances avion et cabine explosent, les ruptures de stock pullulent (bienvenue en classe affaires !), les compo peq sont décimées, les maîtrises exténuées, les esprits s’échauffent…

On est bien loin de la montée en gamme et ce n’est pas la faute du PNC qui se plie en quatre pour pallier aux éternels manquements de contrats de servair, passerelle et/ou autres prestataires.  #NPS mon amour

“Qui veut voyager loin ménage sa monture” dit-on… Mais encore faudrait-il que nos conditions de travail soient à la hauteur des challenges que la Direction nous demande ! Nous, les PNC avons toujours répondu présents en matière de service au client, faites en sorte que nos outils de travail répondent à vos ambitions. Ne gâchez pas notre travail.

Ainsi, l’UNSA PNC lance une alerte auprès de la direction. Un courrier récapitulant ces problématiques a été envoyé et nous espérons un entretien rapide pour que l’été ne se transforme pas en cauchemar. Pour tous.

« Il faut que nous réussissions l’été » clame notre directrice générale, on n’aurait pas dit mieux !



 

Pour télécharger notre courrier à Ben Smith cliquez ICI

Contactez-nous

Nous répondrons à toutes vos questions dans les plus brefs délais.

*
*
*
*
*
Ou par email unsapncaf@gmail.com